GéoPopulation

Informations, données, classements, statistiques et cartes sur les pays du monde

Démographie Etats-Unis : le dépeuplement des campagnes s’accentue

Les Américains des champs n’ont jamais été aussi peu nombreux : 16% de la population totale, selon le recensement de 2010. C’est l’image d’une nouvelle Amérique qui se dessine, où, d’ici à 2050, la ville va abolir ses limites tandis que de nombreuses communes rurales vont se réduire quasiment à des villes fantômes sans commerces ni écoles.

Les mégalopoles tentaculaires se multiplient tandis que, faute d’investissement pour attirer l’emploi, de vastes portions des Grandes Plaines, dans le centre des Etats-Unis, et des Appalaches, dans l’Est, ainsi que certaines régions du Sud et du Texas pourraient connaître un déclin significatif de leur population.

On constate déjà dans ces zones la plus forte hémorragie de jeunes adultes et un vieillissement manifeste de la population, au-delà de l’âge de procréer, ces dix dernières années, selon les résultats du recensement publiés jeudi soir.

Dans l’Etat de Virginie-Occidentale, par exemple, la moitié des habitants sont âgés de plus de 41,3 ans et la part des plus de 65 ans est pratiquement deux fois plus élevée que celle des 18-24 ans, à 16% de la population contre 9%. En 1970, les deux catégories d’âge étaient à peu près à égalité à 12%.

“De nombreuses zones rurales ne peuvent pas attirer les travailleurs parce qu’il n’y a pas d’emploi et les entreprises ne vont pas s’y installer parce qu’il n’y a pas assez de travailleurs qualifiés. Elles sont prises dans un cercle vicieux”, explique Mark Mather, vice-président associé du groupe de recherche Population Reference Bureau à Washington. Une zone rurale s’entend par une zone non agglomérée comptant moins de 50.000 habitants.

Les villes rurales ont en outre souffert de la réduction des aides des autorités fédérales et régionales, en manque de fonds.

A Salina, pôle régional d’environ 50.000 habitants, l’Université du Kansas a ouvert une classe de médecine pour huit élèves afin d’aider les campagnes dépourvues de médecin, mais Delta Air Lines a récemment annoncé la fin de ses vols desservant 24 petits aéroports, dont plusieurs dans les Grandes Plaines, et le U.S. Postal Service envisage de fermer des milliers de petits bureaux de poste, principalement à la campagne.

Dans le Nord-Dakota, les universités offrent des frais de scolarité réduits pour attirer les jeunes, tandis que d’autres Etats ruraux vantent leurs paysages.

De nombreuses zones rurales, surtout dans les Grandes Plaines, se vident de leur population depuis les années 1930, et rien ne suggère un ralentissement de l’hémorragie dans les prochaines décennies, selon le recensement.

Du coup, la part de la population rurale est tombée de 20% en 2000 à 16% en 2010 et devrait continuer à diminuer alors que la population des Etats-Unis devrait passer de 309 millions d’habitants à 400 millions d’ici 2050, en s’entassant dans les villes et banlieues et en débordant autour. La tendance s’est inversée en 1950 avec le baby-boom de l’après-Deuxième guerre mondiale, alors que 72% des Américains vivaient à la campagne en 1910.

Parallèlement, les grandes zones urbaines ont vu leur population exploser ces dernières décennies, surtout dans les banlieues ou les villes de petite et moyenne tailles: la progression s’élève à 11% depuis 2000. Les dix zones qui se sont le plus peuplées sont de petites villes avalées par les banlieues de grandes villes, principalement en Californie, en Arizona et au Texas.

La part des Américains vivant dans des banlieues a atteint un niveau record de 51%. Malgré le vif déclin des grandes villes du Nord-Est et du Midwest depuis 2000, causé par la récession économique, les villes représentent 33% de la population, soit une augmentation de 3 points.

“Les gens aiment “tout avoir” : un logement à prix abordable dans une petite ville mais proche du travail et des grandes villes proposant commerces spécialisés, événements culturels et grosses structures sportives ou de divertissement”, explique William Frey, démographe à la Brookings Institution. Les résultats du recensement “suggèrent qu’il va y avoir un effacement des frontières au fil de l’expansion des régions bien au-delà des définitions officielles du gouvernement”, ajoute-t-il. AP

Source : Le Nouvel Observateur - 28.07.2011

Articles sur le même sujet :

Laisser un Commentaire