Pays du monde : leur nombre, la liste et la population mondiale !

0
190

Pays du Monde

Pays d'Asie

  • Population en 2018 : 7 milliards 650 millions
  • Projection pour 2025 : 8.415.000.000
  • Projection pour 2050 : 11.280.000.000
  • Superficie : 134.739.063 km²
  • Densité : 45.40 habitants/km²
  • Nombre de pays et territoires : 194 pays reconnus
  • Nombre de fuseaux horaires : 24
  • Espérance de vie : 67 ans
  • Taux de natalité : 46‰
  • Taux de mortalité : 20‰
  • Nombre de langues parlées : +/- 5.000
  • PNB/habitant : 8.325 $USD

Afrique

Présentation

Afrique, continent, regroupant 53 pays répartis sur cinq régions géographiques.
Constitué par l’Afrique du Nord, l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique centrale, l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe, le continent africain est situé de part et d’autre de l’équateur. Il est délimité à l’est par l’océan Indien et la mer Rouge, au nord par la mer Méditerranée, à l’ouest par l’océan Atlantique ; la pointe sud du continent marque la séparation entre les océans Indien et Atlantique. L’Afrique est séparée de l’Asie par le canal de Suez et de l’Europe par le détroit de Gibraltar.
Le continent africain compte de nombreuses îles, dont les plus peuplées et les plus grandes sont : Madagascar (la « grande île »), Zanzibar, Pemba, Maurice, La Réunion, les Seychelles et les Comores (dans l’océan Indien) ; São Tomé et Príncipe, Annobon, Bioko et les îles Bissagos (golfe de Guinée) ; les îles du Cap-Vert et les îles Canaries, Sainte-Hélène et l’île de l’Ascension (océan Atlantique).
Le continent africain couvre une superficie d’environ 30 millions de km2. En 2005, on estimait la population totale du continent à plus de 905 millions d’habitants.

Milieu naturel

L’Afrique est le deuxième continent du monde par la taille (22% de la surface terrestre). Il s’étend sur 8 050 km du nord au sud, de sa pointe septentrionale, le cap Blanc (en Tunisie), à son extrémité australe, le cap des Aiguilles (en Afrique du Sud) ; sa largeur maximale est d’environ 7 560 km d’ouest en est, de sa pointe occidentale, le cap Vert (au Sénégal), à son extrémité orientale, le Ras Hafoun (en Somalie). Le continent africain culmine au mont Kilimandjaro (5 895 m d’altitude au mont Kibo), en Tanzanie ; la région la plus basse est la dépression salée du lac Assal (153 m en dessous du niveau de la mer), sur le territoire de Djibouti.
La longueur totale des côtes (30 490 km) est inférieure, comparée à la superficie, à celle des autres continents. La côte africaine est inhospitalière sur le versant atlantique en raison d’une forte barre et de la rareté des échancrures, sauf à l’embouchure des fleuves et dans le golfe de Guinée, où un cordon littoral isole souvent de calmes lagunes au bord desquelles vit une population nombreuse. La côte orientale, plus accueillante, est balayée par les vents de mousson qui favorisent la navigation dans l’océan Indien.
À l’exception de la côte septentrionale et des chaînes de l’Atlas dans le nord-ouest, l’Afrique est caractérisée par de grandes cuvettes où coulent de grands fleuves – Nil, Niger, Congo, Zambèze – qui accèdent à la mer par des chutes et des rapides spectaculaires.

Population et société

La désertification du Sahara, commencée il y a dix millénaires, est à l’origine des grands mouvements de populations qui ont amené les hommes chassés par la sécheresse à s’établir en marge du désert (vallées du Nil, du Niger) ou à s’enfoncer dans les forêts équatoriales du Sud pour y développer des civilisations originales. Par la suite, le Sahara, devenu hostile, a fait office de barrière entre les peuples de l’Afrique subsaharienne, dépourvus de chevaux ou de chameaux, et ceux d’Afrique du Nord qui, une fois en possession de ces montures (vers la fin du Ier millénaire avant notre ère), ont acquis une supériorité et développé de grandes voies de communication à travers le désert.

Modèle de développement économique

Traditionnellement, les Africains pratiquent l’agriculture et l’élevage de subsistance. Il existe de grands marchés et le commerce a été à l’origine des civilisations africaines depuis le début de notre ère. L’artisanat est une activité essentielle et les artisans (tisserands, forgerons, sculpteurs) faisaient partie des principaux enjeux au cours des batailles. Les grands empires de la savane, les royaumes de la forêt et les cités-États sont nés de l’artisanat et du commerce à grande distance.
La colonisation européenne introduisit de nouveaux produits agricoles, et l’exploitation des minerais entraîna un développement de l’émigration régionale ; de nouvelles voies de communication furent construites (routes, chemins de fer), l’introduction de techniques modernes et de produits européens permit l’essor d’une économie d’échanges. L’artisanat local (tissages, outils en fer) fut concurrencé par les marchandises européennes plus valorisantes. Les industries de transformation se développèrent, ainsi que les ports et les centres administratifs. La coexistence d’une économie de subsistance et d’une économie moderne caractérise l’économie africaine, mais dans les périodes de récession, une économie « informelle » (échanges traditionnels non mesurables par les méthodes d’investigation habituels) permet à la population de subvenir à ses besoins.
Le développement économique représente également un problème majeur dans une économie mondiale elle-même en crise. Plusieurs États africains détiennent des ressources naturelles importantes, mais seule l’Afrique du Sud possède les moyens financiers pour se développer. Les entreprises privées étrangères considèrent souvent l’investissement dans ces régions sous-développées comme trop risqué, ce qui s’est vérifié dans de nombreux cas. Les seules autres possibilités de financement proviennent des institutions nationales et internationales de prêt.
Le niveau de vie des nations africaines a considérablement chuté au cours des années 1990, suivant en cela le cours des matières premières. La récession à l’échelle mondiale du début des années 1980 a multiplié les difficultés provoquées par l’augmentation des prix du pétrole dans les années 1970. Le règlement de la dette extérieure et les économies imposées par la Banque mondiale ont attisé le mécontentement populaire. La famine et la sécheresse se sont abattues sur de nombreuses régions au cours des années 1980 et des millions de réfugiés, chassés par la sécheresse ou les conflits civils, se sont établis loin de leur pays d’origine. Le choléra et le paludisme restent récurrents en Afrique, alors que le sida ne cesse de se propager.

Liste des pays d’Afrique

Voir la liste des pays d’Afrique

Amériques

Présentation

Amérique du Nord, partie septentrionale de l’Amérique, le deuxième des cinq continents du globe par sa taille, comprenant le Canada (deuxième plus grand pays du monde par sa superficie après la Russie), les États-Unis (quatrième) et le Mexique (treizième).
L’Amérique du Nord est limitée à l’est par l’océan Atlantique, au nord par l’océan Arctique, à l’ouest par l’océan Pacifique et au sud par l’isthme de Tehuantepec, au Mexique, qui la sépare de l’Amérique centrale. Cet ensemble comprend également le Groenland, la plus grande île du globe, ainsi que la collectivité territoriale française de Saint-Pierre-et-Miquelon et la dépendance britannique des Bermudes (deux archipels de l’océan Atlantique).
Avec plus de 395 millions d’habitants, l’Amérique du Nord est le quatrième continent le plus peuplé du monde ; les États-Unis (271 millions) sont à la quatrième place et le Mexique (94 millions) à la onzième. Le Canada et les États-Unis (première puissance mondiale) ont une économie développée et performante. Le Mexique, bien que techniquement inférieur à ses voisins, détient quelques-uns des plus grands gisements de pétrole et de gaz naturel du monde.
Le navigateur italien Amerigo Vespucci, qui aurait effectué des expéditions sur les côtes du Nouveau Monde entre 1499 et 1502, a donné son nom au continent américain.
Amérique centrale, région, constituée d’un long isthme étroit formant une passerelle entre l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud. L’Amérique centrale couvre une superficie d’environ 520 000 km2 et comprend, du nord au sud, outre la péninsule du Yucatán, au Mexique, sept États dont le Guatemala, le Belize, le Salvador, le Honduras, le Nicaragua, le Costa Rica et le Panamá.
Amérique du Sud, région géographique de l’Amérique, regroupant 12 pays.
L’Amérique du Sud est la quatrième plus grande masse continentale du monde (après l’Asie, l’Afrique et l’Amérique du Nord), couvrant environ 17 800 000 km2, soit près de 12% des terres émergées du globe. L’Amérique du Sud est limitée par l’océan Atlantique à l’est, l’océan Austral au sud, l’océan Pacifique à l’ouest ; elle est reliée au nord à l’Amérique centrale par l’isthme de Panamá. Cette région du monde, qui s’étend sur environ 7400 km depuis la mer des Caraïbes, au nord, jusqu’au cap Horn, au sud, a une largeur de quelque 4800 km entre le cap São Roque (Brésil), sur l’océan Atlantique, et la Punta Pariñas (Pérou), sur la côte du Pacifique.
La population de l’Amérique du Sud était estimée, en 1990, à 300 millions d’habitants, soit moins de 6% de la population mondiale. Cet ensemble est constitué de dix pays latins (l’Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Chili, la Colombie, l’Équateur, le Paraguay, le Pérou, l’Uruguay et le Venezuela), la Guyana (autrefois dépendance britannique), le Suriname (autrefois une dépendance néerlandaise) et la Guyane française (département et région d’outre-mer). Dans l’océan Pacifique, assez éloignés du continent, se trouvent différentes îles dont les îles Juan Fernández et l’île de Pâques (territoires chiliens), ainsi que les îles Galápagos (appartenant à l’Équateur). Plus proches de la côte, dans l’océan Atlantique, se trouvent l’archipel Fernando de Noronha (territoire brésilien) et, plus au sud, la dépendance britannique des îles Malouines, qui sont également revendiquées par l’Argentine. La côte de l’Amérique du Sud est relativement régulière, à l’exception de l’extrême sud et sud-est, découpés en de nombreux fjords.

Milieu naturel

L’Amérique du Nord ressemble à un triangle dont la base serait sa partie septentrionale. Sa masse continentale occupe en grande partie les latitudes moyennes, avec une partie considérable au nord du cercle polaire Arctique et une partie moins importante au sud du tropique du Cancer. Le continent s’étire d’est en ouest sur près de 176° de longitude, de la longitude 12° ouest (Nordost Rundingen, au nord-est du Groenland) à la longitude 172° est environ (extrémité occidentale de l’île Attu, en Alaska). Du nord au sud, l’Amérique du Nord s’étend sur quelque 69°, de la latitude 83° ; nord (cap Morris Jesup à l’est du Groenland) à la latitude 14° nord environ (sud du Mexique). La superficie totale de l’Amérique du Nord couvre 23,5 millions de km2 environ.
Les côtes de l’Amérique du Nord sont extrêmement irrégulières, malgré quelques longues étendues côtières relativement peu accidentées, puisque la côte est fortement dentelée en plusieurs endroits, avec de nombreuses baies et de grandes îles au large. La masse continentale présente trois grandes baies : la baie d’Hudson au nord-est, le golfe du Mexique au sud-est et le golfe d’Alaska au nord-ouest. De nombreuses petites îles se trouvent, en outre, au large des côtes est et ouest ; toutefois les plus grandes d’entre elles se situent dans l’extrême nord.
La limite géologique de l’Amérique centrale se situe à l’isthme étroit de Tehuantepec, dans le sud du Mexique. Cette étroite section sépare les roches volcaniques du nord-ouest des structures plissées et crevassées de l’Amérique centrale. Au sud, la vallée de l’Atrato, en Colombie, pays de l’Amérique du Sud, marque la limite avec l’Amérique du Sud.
L’Amérique du Sud est constituée de quatre régions de plateaux, s’étendant des côtes vers l’intérieur des terres, entre lesquelles s’intercalent trois régions de plaines. Les bords septentrional et occidental sont dominés par les Andes, la deuxième plus haute chaîne de montagnes du globe après l’Himalaya. Au nord du pays se trouve le massif des Guyanes, à l’est le plateau brésilien et à l’extrême sud les hauteurs de la Patagonie, qui jouxtent les Andes. Entre l’Équateur et le 10e parallèle sud, délimitée au nord par le massif des Guyanes, au sud-est par le plateau brésilien et à l’ouest par les Andes, se trouve une immense plaine, le bassin de l’Amazone, baignée par l’Amazone (deuxième plus long fleuve du globe, et premier par son débit). Au nord de cette plaine et adjacente au bassin de l’Amazone, au Venezuela, se trouve la plaine septentrionale, plus petite, située entre le massif des Guyanes et la mer des Caraïbes, et baignée par l’Orénoque ; au sud de la plaine de l’Amazone, au Paraguay, en Uruguay et en Argentine se situe le bassin du Paraguay-Paraná. Le point le plus bas de l’Amérique du Sud (40 m au-dessous du niveau de la mer) se situe sur la péninsule Valdès dans l’est de l’Argentine et le point le plus élevé (6 960 m) est l’Aconcagua, dans l’ouest de l’Argentine, le plus haut sommet des Amériques.

Population et société

Les États-Unis sont longtemps restés – et demeurent – peu peuplés comparativement à la superficie disponible (29 habitants au km2 en 1998). De même au Canada la densité de population y reste-t-elle particulièrement faible (3 habitants au km2), la grande majorité des Canadiens se concentrant sur une étroite bande longeant la frontière sud. Au Mexique enfin, la densité atteint 49 habitants au km2. À l’exception des habitants des territoires centraux du Mexique (plateaux et vallées entourant l’actuelle ville de Mexico), les peuples de l’Amérique du Nord étaient dispersés et présentaient des cultures variées. La colonisation de l’Amérique du Nord par les Européens a toutefois modifié en profondeur sa géographie humaine ; les Européens ont, en effet, décimé et déplacé les populations indiennes, altérant de manière significative leur mode de vie.
La majorité des habitants d’Amérique centrale vit sur la côte pacifique de l’isthme, dans les plaines comme dans les régions montagneuses. Le versant et la côte, pluvieux et boisés, de la mer des Antilles sont peu peuplés.
L’Amérique du Sud compte plus de 300 millions d’habitants. Bien que cette région constitue environ 12% de la surface terrestre du globe, elle ne représente que 6% de la population mondiale. Toutefois, l’accroissement de cette population a été rapide, notamment en raison de la vague d’immigration du début du XXe siècle et de l’accroissement naturel bénéficiant de la baisse du taux de mortalité. Parallèlement la population urbaine a fortement augmenté dans toutes les régions sud-américaines. L’immigration en Amérique du Sud est minime depuis 1930. La densité démographique globale est faible (17 habitants au km2), mais la population se concentre essentiellement dans les grandes villes le long des côtes. À l’intérieur des terres, la densité démographique est de moins de 2 habitants au km2, tandis que Rio de Janeiro, Buenos Aires et São Paulo sont des villes surpeuplées. La population de São Paulo, par exemple, dépasse les 15 millions d’habitants. D’ailleurs l’Amérique du Sud compte quelques-unes des plus importantes métropoles mondiales (São Paulo, Buenos Aires ou Rio de Janeiro). De gros problèmes d’urbanisation se posent dans ces immenses agglomérations sud-américaines : l’émergence des bidonvilles, appelés « favelas « au Brésil, « ranchitos « au Venezuela ou encore « barriadas « au Pérou qui abritent parfois plus d’un tiers de la population urbaine totale, d’où des difficultés de toute sorte (insalubrité, insuffisance des transports et des équipements, chômage, pollution, délinquance).

Modèle de développement économique

Les États-Unis et le Canada disposent d’une économie développée et diversifiée. Au Mexique en revanche, pays étouffé, voire paralysé par le poids de sa dette extérieure, la modernisation s’est effectuée de manière irrégulière et les importants développements dans les domaines de l’électricité, du transport et de la production industrielle sont entravés par une inflation chronique.
Au début des années 1990, les économies des pays d’Amérique centrale étaient relativement peu développées, l’agriculture étant le principal secteur. La production industrielle comprend surtout le traitement des matières premières. Le revenu annuel par habitant est faible.
Au cours de la période coloniale et encore longtemps après l’indépendance, l’économie sud-américaine repose sur l’exportation de produits agricoles et de minéraux. Mais depuis les années trente, elle connaît un développement et une diversification remarquables. Après la Seconde Guerre mondiale, les différentes politiques nationales encouragent la fabrication locale de biens jusqu’alors importés et remanient l’industrie.

Liste des pays d’Amériques

Voir la liste des pays d’Amériques

Asie

Pays d'Asie

Présentation

Asie, continent du monde, regroupant 46 pays répartis sur six régions géographiques.
Constitué par l’Asie de l’Ouest, l’Asie centrale, le Proche-Orient, l’Asie du Sud, l’Asie du Sud-Est et l’Asie de l’Est, le continent asiatique est délimité au nord par l’océan Arctique, à l’est par le détroit de Béring et l’océan Pacifique, au sud par l’océan Indien et au sud-ouest par la mer Rouge et la mer Méditerranée ; à l’ouest, la frontière entre l’Europe et l’Asie est située par convention aux montagnes de l’Oural, toutefois la masse des terres formée par l’Europe et l’Asie est appelée l’Eurasie.
Dans le sud-est de l’Asie, des archipels et des îles se succèdent vers l’est jusqu’en Océanie : ce sont les îles des Philippines et de l’Indonésie (Sumatra, Java, les Célèbes (Sulawesi), Bornéo et la Nouvelle-Guinée. Taïwan, les îles du Japon et de Sakhaline sont pour leur part situées dans le nord-est de l’Asie. Le Sri Lanka et des chapelets d’îles plus petites comme les Maldives, les îles Andaman et Nicobar se trouvent dans l’océan Indien.
Le continent asiatique couvre une superficie d’environ 32 millions de km2 (c’est le plus grand continent du monde) et comptait (en 2004) une population d’environ 3,7 milliards d’habitants (c’est le continent le plus peuplé de la planète).

Milieu naturel

L’Asie s’étend du nord au sud depuis le cap Tchéliouskine (en Sibérie, Russie), au nord, jusqu’à l’extrémité méridionale de la voir péninsule de Malacca, au sud. Le continent a une largeur maximale d’environ 8 500 km d’ouest en est, du cap Baba (nord-ouest de la Turquie), à l’ouest, au cap Dejnev (nord-est de la Sibérie, Russie), à l’est. C’est en Asie que se trouvent le point le plus haut et le point le plus bas de la Terre (le mont Everest, 8 850 m au-dessus du niveau de la mer et la mer Morte, 390 m au-dessous du niveau de la mer).
Les régions intérieures de l’Asie sont constituées par des montagnes et des plateaux séparés par des bassins structuraux. Situé un peu au sud du centre géométrique de l’Asie, le cœur du continent se compose de l’Himalaya, des chaînes de montagnes voisines et du plateau tibétain. Autour de ce noyau central se trouvent quatre larges plateaux (la Sibérie, la Chine de l’Est, l’Inde du Sud et l’Arabie), de grands bassins structuraux, ainsi que des plaines traversées par des cours d’eau.

Population et société

Les peuples asiatiques sont concentrés dans des zones peu étendues, principalement en Asie du Sud et de l’Est. La densité démographique est faible dans la plus grande partie de l’Asie du Sud-Ouest, et dans les régions nord et intérieures du continent. La Mongolie est, avec une densité inférieure à 2 habitants au km2, le pays le moins peuplé au monde. La population de ces régions vit principalement dans des oasis situées près de cours d’eau, comme l’oasis de Tachkent, où le nombre d’habitants est très élevé. En Sibérie, les colonies sont surtout installées à proximité du Transsibérien et de ses lignes annexes. En Asie de l’Est et du Sud-Est, et dans la plus grande partie de l’Asie du Sud, les plaines situées près des cours d’eau sont très peuplées, avec des densités de population qui dépassent 4 000 habitants au km2. Singapour est le pays le plus peuplé au monde avec une moyenne de 4 400 habitants au km2. 90% de la population chinoise, qui s’élève à 1 milliard 200 millions d’habitants, est concentré dans le tiers oriental du pays. Au Japon, pays très industrialisé, la plupart des habitants vivent dans de grandes villes situées dans des plaines étroites.

Modèle de développement économique

Une grande partie du continent est économiquement sous-développée. La majorité de la population asiatique est employée dans l’agriculture, caractérisée généralement par des taux de productivité et des rendements relativement bas. Seule une minorité de la population travaille dans l’industrie, mais l’intégration des centres urbains et des usines dans le secteur rural se produit difficilement sur le plan économique. Les transports nationaux et internationaux sont encore limités dans de nombreuses régions d’Asie, malgré leur récent développement.
La situation générale tend toutefois à se modifier rapidement. Le Japon est maintenant la deuxième puissance économique du monde, derrière les États-Unis. Taïwan, la Corée du Sud, Singapour et Hong Kong ont été surnommés les quatre dragons, ou les quatre tigres, en raison de leur formidable dynamisme économique, qui s’appuie sur d’importants capitaux, mais aussi sur un coût de main-d’œuvre assez bas. Israël et, dans une moindre mesure, l’Indonésie, la Malaisie, la Thaïlande, la Turquie et les États producteurs de pétrole d’Arabie se développent rapidement. Ces pays affichent en général des taux de croissance économique supérieurs à 5% par an, ce qui les situe bien au-delà de leurs taux de croissance démographique. Les États d’Arabie ont particulièrement bien réussi, mais les richesses ont été moins bien réparties que dans les autres pays. Bénéficiant d’investissements étrangers d’une grande ampleur, d’une privatisation et d’une industrialisation importantes, la république populaire de Chine a connu le taux de croissance le plus rapide de l’Asie au début des années 1990. En 1992, l’économie chinoise a progressé d’environ 12%, même si le niveau des revenus individuels est resté relativement bas. Le Viêt Nam et le Laos, qui sont deux des pays les plus pauvres d’Asie, sont également sur la voie du développement économique, et ils commencent à attirer d’importants capitaux étrangers.

Liste des pays d’Asie

Voir la liste des pays d’Asie

Europe

Présentation

Europe, continent du monde, regroupant 44 pays répartis sur cinq régions géographiques.
Constitué par l’Europe du Nord, l’Europe de l’Ouest, l’Europe centrale, l’Europe de l’Est et l’Europe du Sud, le continent européen est délimité à l’est par l’Asie, au sud par la mer Méditerranée, à l’ouest par l’océan Atlantique et par la mer de Norvège, et au nord par l’océan Arctique. Des îles ou archipels de l’Atlantique sont rattachés à l’Europe : l’Islande, les Açores (Portugal), les Canaries (Espagne) ou encore le Svalbard (Norvège).
L’Europe, avec l’Asie, fait partie du système continental de l’Eurasie. Par convention, les géographes considèrent que la frontière entre l’Asie et l’Europe correspond aux monts Oural, au fleuve Oural jusqu’à la mer Caspienne et au détroit du Bosphore en incluant une petite partie de la Turquie et parfois le Caucase. Malgré son immense territoire pour une large part situé en Asie, la Russie est généralement considérée comme étant un pays d’Europe.
Très tôt, le sens géographique et l’origine du terme « Europe » ont intrigué les historiens. La mythologie grecque nous dit qu’Europe est l’une des océanides, ou la fille d’un roi légendaire de Phénicie, aimée de Zeus qui l’a enlevée. La légende veut que ses frères sont partis à sa recherche et ont fondé plusieurs villes. Hérodote, dans ses Histoires, écrit à ce propos qu’Europe, née en Asie, ne s’est probablement jamais rendue sur le continent, que les Grecs du Ve siècle av. J.-C. appellent déjà Europe.
Le continent européen couvre une superficie d’environ 23 millions de km2 et comptait (en 2004) une population d’environ 730 millions d’habitants.

Milieu naturel

Les dimensions restreintes de l’Europe (comparées à celles des autres continents) sont compensées par une position centrale par rapport aux autres terres émergées. L’Europe fait figure de péninsule de l’Asie, face à l’Amérique. Elle s’accole presque à l’Afrique, dont elle n’est séparée au sud-ouest que par le détroit de Gibraltar. Ses façades maritimes, en raison de la profonde pénétration de la mer dans l’intérieur des terres, ont un développement très important : l’Europe possède 32 000 km de côtes dont 13 500 km de côtes atlantiques et 12 700 km de rivages méditerranéens.
Le cap Nord, situé en Norvège, est la pointe la plus septentrionale du continent européen, le point le plus méridional se trouvant à Punta de Tarifa, dans le sud de l’Espagne, près de Gibraltar. Si l’on fait abstraction du mont Elbrous (5 642 m) situé dans la chaîne du Caucase, à la limite de l’Asie, le sommet le plus élevé du continent est le mont Blanc (4 810 m), dans les Alpes, en France. Le secteur le plus bas de l’Europe est la dépression où se loge la mer Caspienne, à 28 m au-dessous du zéro marin.
La masse continentale est découpée par plusieurs grandes péninsules (Scandinavie, péninsule Ibérique, Italie, péninsule des Balkans) et d’autres plus petites, comme le Jutland, ou Jylland, et la Bretagne. L’Europe comprend deux ensembles insulaires d’importance : l’un dans l’Atlantique, l’Islande et les îles Britanniques, l’autre en Méditerranée, avec la Corse, la Sardaigne, la Sicile et la Crète.

Population et société

L’Europe comprend un grand nombre de peuples. Chaque nation européenne est en général unifiée culturellement et linguistiquement depuis longtemps, néanmoins des minorités existent, comme les Basques en France et en Espagne, et les Samis (Lapons) en Norvège. L’ensemble représentait un peu plus de 730 millions d’habitants en 2004.

Modèle de développement économique

L’Europe a longtemps occupé la première place mondiale sur le plan économique. Berceau de la science moderne et de la révolution industrielle, elle a acquis une supériorité technologique qui lui a permis de s’assurer une domination incontestée au XIXe siècle. La révolution industrielle, qui a commencé en Angleterre au XVIIIe siècle avant de se répandre sur presque tous les continents, était porteuse d’un projet de transformation globale impliquant l’utilisation de machines complexes. Il en a résulté un accroissement important de la production de biens, et de nouvelles formes d’organisation économique. La révolution agricole a eu lieu plus tardivement. À cet égard, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, l’Europe, à l’exception de certaines régions, connaissait encore un « ancien régime » agricole. Depuis le milieu du XXe siècle, la croissance économique a été largement stimulée par la formation d’organisations supranationales, principalement l’Union européenne.

Liste des pays d’Europe

Voir la liste des pays d’Europe

Océanie

Présentation

Océanie, continent du monde, regroupant 14 pays répartis sur quatre régions géographiques.
Constitué par l’Australie et la Nouvelle-Zélande, la Mélanésie, la Micronésie et la Polynésie, le continent océanien est situé dans l’océan Pacifique Sud. Outre l’Australie et la Nouvelle-Zélande, l’Océanie représente un ensemble composite de plusieurs milliers d’îles, pour la plupart de petite taille, dispersées au sud de l’équateur, à l’exception d’une partie de la Micronésie et des îles Hawaii (Etats-Unis). Des distances considérables (parfois plusieurs milliers de kilomètres) séparent certains de ces archipels et de ces îles.
Le continent océanien couvre une superficie de 8,5 millions de km2 et comptait (en 2004) une population d’environ 31 millions d’habitants.

Milieu naturel

Les îles d’Océanie sont caractérisées du point de vue morphologique par une orogenèse et un volcanisme qui ont conditionné l’émergence des terres. Le secteur occidental est le plus régulier et l’immense dorsale océanique de Darwin, qui supporte les atolls de Micronésie et de Polynésie, est parsemée de volcans, comme Hawaii (partie émergée d’un ensemble volcanique plus haut que l’Everest), et les îles Tonga. Régulièrement, des volcans sous-marins viennent affleurer à la surface des dorsales volcaniques qui côtoient des fosses sous-marines parmi les plus profondes du monde : fosse des Kermadec-Tonga (10 882 m) et la fosse des Mariannes (11 034 m). La présence de formations coralliennes – les atolls – reposant sur un soubassement volcanique immergé constitue une autre particularité de ces îles. La plupart des îles de la Polynésie française ont eu une formation identique.

Population et société

L’histoire du peuplement de l’Océanie commence il y a moins de 60 000 ans avec l’arrivée des premiers hommes dans Sahul, la masse continentale qui unissait les îles de Nouvelle-Guinée à l’Australie et à la Tasmanie. Ces premiers habitants, originaires d’Asie du Sud-Est, ancêtres des Aborigènes d’Australie et des Papous de l’intérieur, ont franchi de nombreux bras de mer pour atteindre Sahul. La fin de la glaciation et la remonté du niveau des océans voici environ 9 500 ans ont mis fin à cette première vague de colonisation océanienne.
L’arrivée des Austronésiens, il y a 7 000 ans environ, en provenance également d’Asie du Sud-Est, a provoqué le long des côtes de Nouvelle-Guinée et dans l’archipel Bismarck de nouveaux bouleversements socio-économiques et culturels. Au cours des deux ou trois millénaires de contacts entre les anciens et les nouveaux arrivants s’est développée une culture propre – la culture Lapita – dont l’impact s’est révélé majeur dans la colonisation du pacifique insulaire. Celle-ci a commencé à déferler, il y a 4 000 ans, vers l’est le long des Salomon, Vanuatu, Nouvelle-Calédonie, Fidji et Samoa pour parvenir aux Marquises il y a environ 2 000 ans. Puis, à partir des Marquises, la colonisation s’est poursuivie sur toute la Polynésie orientale : Hawaii, l’archipel de la Société, l’île de Pâques et la Nouvelle-Zélande, dernière terre conquise, entre le Ve et le VIIIe siècle de notre ère.
Bien que d’origine également austronésienne, il semble que le peuplement de la Micronésie ait suivi une route indépendante de celle de la Mélanésie-Polynésie. Les migrations les plus anciennes avaient pour origine les Philippines et se sont dirigées vers le sud des îles Mariannes, il y a environ 3 000 ans, puis Palaos, le centre des Carolines et des Marshall.
Les langues parlées en Océanie – plus d’un millier en Mélanésie, près de 600 en Micronésie et en Polynésie – appartiennent toutes au groupe des langues austronésiennes.

Modèle de développement économique

L’économie de l’Océanie, concerne l’économie de 30 pays et territoires aux situations politiques, géographiques et économiques variées.
Acteurs économiques majeurs de la zone, l’Australie et la Nouvelle-Zélande font partie des pays développés, souvent inclus dans la Triade. Ils sont exportateurs, entre autres, de matières premières et commercent avec l’Asie de l’Est et les pays d’Amérique. Les autres pays d’Océanie, qui dépassent rarement une « taille critique » pour peser sur la scène internationale, sont moins intégrés économiquement au reste du monde.

Liste des pays d’Océanie

 Voir la liste des pays d’Océnie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here