Qui sont les algonquins du Québec ?

0
137

Les algonquins, encore appelés les alliées ou les parentés selon le malécite elakómkwik,  sont un peuple qui fait partie de l’histoire même du Québec. Leur culture est respectée encore aujourd’hui malgré les quelques changements qu’ils ont connus sur le plan politique. Apprenez un peu plus sur cette tribu grâce à cet article.

Histoire des algonquins

L’histoire enseigne qu’en 1650, le territoire des Algonquins s’étendait au nord du fleuve Saint-Laurent allant du lac des Deux-Montagnes aux Grands Lacs. Plus tard, ils ont été obligés de rallier le nord vers l’Abitibi-Témiscamingue après avoir été précédemment repoussés  par les Iroquois vers la région de l’Outaouais. De toute la population qui occupait la région du lac Témiscamingue en 1871, les Algonquins représentaient 77 %, un chiffre assez remarquable. Au milieu du XIXe siècle, ce peuple s’est vu face à la nécessité de s’installer durablement à cause de l’exploitation des forêts et de la mise en place des barrages.

Toutefois, ce peuple a toujours souffert des préjugés provenant d’autres autochtones du Québec estimant que ses pratiques traditionnelles sont éloignées de celles québécoises. Mais il ne faut surtout pas se fier à ces préjugés. Quoi de mieux que de se faire ses propres idées sur ce peuple très intéressant à travers des randonnées ? Apprenez donc les prérequis de la randonnée sur un site de rando et faites-vous plaisir en allant visiter leurs anciens territoires.

Organisation politique des algonquins

L’organisation politique des Algonquins est vraiment particulière. La politique chez eux a aussi eu le temps d’être contaminée par les dispositions modernes et étatiques. Autrefois, l’Okima, c’est-à-dire le chef, était nommé par le cercle des anciens dont la décision devait être respectée. Le chef avait plusieurs devoirs et responsabilités envers sa tribu. Avec la création des premières réserves et l’instauration de la loi sur les Indiens, le chef est désormais élu par les habitants de la réserve, de même que ses nombreux conseillers pour deux ans. L’Okima a des pouvoirs limités et doit se soumettre à la loi des Indiens.

Culture des algonquins

La langue algonquine est appelée Anicinàpemowin ou spécifiquement Omàmiwininimowin. Très peu d’Algonquins, soit un sur cinq la maîtrise bien. Traditionnellement, ce peuple  vivait dans des habitations en écorce de bouleau appelées wikiwàn ou en bois mikiwàn et pratiquaient le Midewiwin. Avec l’arrivée des missionnaires français et du christianisme, de nombreux Algonquins furent convertis, mais beaucoup pratiquent encore le Midewuwin ou une pratique entre le christianisme et le Midewiwin. De plus amples informations sur la culture algonquine sont disponibles grâce à l’encyclopédie canadienne.

Mythes et légendes

Avant l’arrivée des Européens au XVIe siècle, les Algonquins transmettaient leur savoir oralement et plus précisément par des mythes et des légendes. La communication écrite n’était aucunement ancrée dans la tradition de ce peuple. Les mythes et légendes les plus célèbres sont :

  • la légende du raton laveur ;
  • la légende de l’ancêtre du caribou.

La légende du raton laveur concerne deux vieillards qui habitent sur le bord d’un lac dans une petite cabane, un raton laveur et Nanabush. La morale de cette légende, telle qu’expliquée par le conférencier, est de toujours respecter ses aînés et de ne pas tenter de rire d’eux. La légende de l’ancêtre du caribou quant à elle raconte l’histoire d’un vieillard et du caribou et enseigne que chaque chose et être est habité par des esprits.

Pour conclure, les algonquins du Québec forment un peuple riche en histoire et en culture qu’il convient de visiter et découvrir. Faites-vous alors plaisir en vous préparant pour votre randonnée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here